AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Comme le premier chapitre d'une vie tumultueuse ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Oh ! This is James Wolf
&

avatar
▬ Messages : 42
▬ Humeur : Calme, merci, et vous ?
Bonus : 56
Date d'inscription : 06/06/2010
Localisation : Dans une prison pour dingues, à votre avis pourquoi je suis là ?

MessageSujet: Comme le premier chapitre d'une vie tumultueuse ... Mar 15 Juin - 16:19

Voilà. James Wolf est un gardien de prison qui vient d’apprendre que dans quelques mois, sa précieuse petite sœur de cœur allait venir s’installer avec les condamnés à prison perpétuelle ou à mort qu’il gardait. Ce n’est pas qu’il ne leur fasse pas confiance ; il leur parlait tous les jours, il les voyait tous les jours, et pour la plupart, il savaient qu’ils n’étaient pas entièrement fous. Mais voilà, faire confiance ou non importe peu quand votre raison de vivre se trouve dans le risque de devoir vivre avec des gens qui ont tué, torturé … Commit les crimes que l’humanité à décrété d’infamie et d’acte interdit à juste titre ; celui du bonheur de chacun.

Cette société était loin d’être parfaite, mais il y avait bien une raison à la présence de toutes ces personnes ici. Ils étaient dangereux. En dehors de ces murs, ils l’étaient. Et si une fillette de seize ans à peine se retrouvait ici pour une connerie de manifestation écologiste, alors elle aura foutue sa vie en l’air pour rien.

James marche calmement cet après-midi devant les cellules des détenus. Aujourd’hui, ils avaient envie de s’arrêter vers eux pour faire une partie de cartes. Mais il n’était même pas d’humeur à hausser la voix pour les héler. Il n’avait plus la force, plus le courage. Il était désorienté pour sa petite fille, pour sa petite Cynthia. Et il regrettait soudain cette fausse identité, cette fausse date de naissance qui l’avait sauvée jusque là. Deux ans. Deux ans qui maintenant allaient faire toute la différence pour sa vie entière. Deux putain d’année de décalage qui l’envoyait directement ici, à Holgat Camp, pour une durée longue et indéterminé : assez pour anéantir ses chances de faire des études et de vivre sous le régimes imposé après la troisième guerre, assez-même pour foutre ne l’air tous ses rêves de gamines pour aller au Canada et chanter. Devenir chanteuse. Il aurait même préféré qu’elle le devienne et qu’elle soit là-bas plutôt qu’elle atterrisse ici.

Alors il s’arrêta simplement sur un banc en face des cellules. Les A et B 1. Dedans, des gens de son âge, plus jeunes peut-être … Il n’y fait pas tout de suite attention. Il n’a pas envie de faire attention aujourd’hui.

D’habitude, oui d’habitude il serait passé avec son grand sourire collé au visage, cette bonne humeur que tout le monde savait à moitié factice mais que la plupart laissait passer comme une mauvaise comédie à laquelle on croit au moins pour s’amuser, ne pas s’ennuyer … Mais aujourd’hui il avait le regard dans le vide, les bras sur ses genoux et le visage entre les mains. Merde. Comment allait-elle s’ne sortir, cette petite trainée ?

Deux ans. Si seulement ses papiers étaient en règles ! Il ne pouvaient pas prendre l’âge minimum à vingt-et-un ans, comme tout le monde ? Non il fallait qu’ils accepte des gamins ici, des gamin qui ont été entrainés dans des conneries pas possibles parce qu’il y a de vrai assassins derrière ? De vrais fous dehors, caché par des idées illusoires ? Non. Il fallait qu’il y ait la guerre, il fallait qu’il y ait le temps qui se rebelle, il fallait qu’il y ait cette société mal faite, il fallait que l’homme ait existé.

Merde. Cette fois, il ne savait vraiment pas comment faire. Il sentait qu’il serait impuissant face à tout cela, qu’il l’était déjà. Et en même temps il avait honte de se lamenter.

On ne règle pas ses problèmes en pleurant, mais en se tenant droit et en faisant face. Assumer était une des choses que pouvaient faire les hommes, alors il fallait qu’il le fasse.

Les yeux toujours très sombre et le visage froid, il releva la tête en regardant à travers les barreaux. Qui était là, déjà ? Y a-t-il quelqu’un dans ce couloir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Comme le premier chapitre d'une vie tumultueuse ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: •• Holgat Camp •• :: • Premier Etage • :: • Cellules de Groupes-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit